Mélodies rhapsodies, récital piano
Un voyage sonore inattendu et sentimental dans le grand répertoire classique du piano

Un voyage de couleurs et d'ambiances sonores variées, mélangeant les plus belles mélodies du répertoire, à la folie des Rhapsodies de Liszt.


Axel voue une passion à Liszt en tant que compositeur, pianiste, et humaniste. Le génie l'a profondément marqué et inspiré. Dans ce programme, il veut montrer deux facettes extraordinaires du Maître : le transcripteur de génie, à travers les transcriptions des mélodies de Schubert, d'opéra de Wagner et le virtuose révolutionnaire qui s'est fait remarquer au moyen des rhapsodies hongroises.  

Liszt, à travers la révolution technique et harmonique qu'il a imposée au piano, a ouvert la voie à bien des compositeurs par la suite, dont Debussy, dont nous pouvons découvrir la féerie sonore en écoutant la Suite Bergamasque. 

Dernier hommage de sincérité du pianiste, à Brahms, un autre compositeur qui occupe une place de choix dans son cœur. 


 

Mélodies rhapsodies, récital piano

Style

Classique

Budget

Moins de 2 500 € HT

Des frais supplémentaires pourront s’ajouter au coût de la prestation musicale selon les besoins techniques, de voyages, d’hébergement et de repas des musiciens

Mélodies rhapsodies, récital piano

Style

Classique

Coût de la prestation

2380 €

Des frais supplémentaires pourront s’ajouter au coût de la prestation musicale selon les besoins techniques, de voyages, d’hébergement et de repas des musiciens

Playlist
Programme
Franz Schubert
Ave Maria
6'
Franz Liszt
Sonnetto 104 del Petrarca
7'
Johannes Brahms
Ballade
4'
Franz Schubert
Gretchen am Spinnrade
5'
Franz Liszt
13ème rhapsodie hongroise
10'
Franz Schubert
Auf dem wasser zu singen
6'
Claude Debussy
Suite Bergamasque
14'
Richard Wagner
La mort d’Isolde
6'
Franz Liszt
Deuxième Rhapsodie Hongroise
10'
Mélodies rhapsodies, récital piano
Mélodies rhapsodies, récital piano
Mélodies rhapsodies, récital piano

Biographies

  • Axel Lenarduzzi
  • Piano
Le piano et Axel Lenarduzzi, c’est une relation qui a connu une première apothéose, en appelant d’autres : l’aboutissement  de ses études dans la ville mythique de Rome, couronnée  par  le  « Diplôme supérieur de perfectionnement  à l’unanimité » de la prestigieuse «Académie nationale supérieure "Santa Cecilia ». Un diplôme obtenu dans la classe de Sergio Perticaroli. La rencontre avec le maestro aura d'ailleurs eu lieu lors du festival de Salzburg, et elle achèvera son apprentissage de l’instrument, ouvrira sa vision artistique du piano, et de la vie de concertiste.

Car pour lui, la pratique du piano, la vie du musicien, le statut d’interprète, ont toujours été l’occasion d’une ouverture spirituelle, d’une découverte de soi-même, et de l’humain en général.  Parce que jouer pour un public implique une dimension humaniste, parce qu’interpréter, chercher la vérité, et l’écho d’une œuvre, c’est aussi une découverte et un travail sur sa propre personnalité. Ainsi, à côté de son parcours pianistique, il a nourri des affections littéraires et philosophiques, qui au gré du temps et des exemples, se nommeront, Nikos Kazantzakis, Herman Hesse, Fédor Dostoïevski, un penseur comme Jean-Yves Le loup, et bien d’autres…

Avant le final romain, son apprentissage musical commence au conservatoire d’Asnières sous la direction de Christian Manen, où il finira tous les cycles d’études brillamment. 
Viennent ensuite le Conservatoire National de Région de Boulogne-Billancourt avec  Geneviève Ibanez., les Conservatoires Nationaux de Région de Montpellier, avec Patrick Zygmanovski, et de Paris avec Jean-Marie Cottet. 

Durant cette période, il aura aussi l’occasion de participer des masters class avec Pascal Devoyon et de travailler avec le pianiste Géry Moutier à l’Académie Internationale du Moulin d’Andé.  C’est alors qu’il est présenté à Bruno Rigutto. Auprès de lui, il se perfectionne intensivement quelques années, avant de rencontrer au Festival de Novarra, Jean-Claude Vanden Eynden. Il intègre alors la classe de ce dernier au « Conservatoire Royal de Bruxelles », où il obtiendra le premier prix de piano, et les premiers prix d’histoire de la musique, harmonie, musique de chambre et analyse. 

Il commence en même temps à suivre l’enseignement de Sergio Perticaroli  à la Schola Cantorum de Paris, avant de partir retrouver ses origines à Rome.
Pendant son voyage en Italie, il aura l’occasion de jouer et travailler dans les masters-class « Rodi  Garganico », de séjourner à la Villa Medici Giulini et de faire la connaissance du compositeur Davide Liani.

Son désir d’échange et de se confronter à différentes conceptions de l’interprétation, le poussent à se perfectionner auprès des pianistes Jean Marc Luisada, Elena Rozanova, et de jouer avec le violoniste Svetlin Roussev. Il aura aussi l'occasion de collaborer avec l'atelier lyrique de Normandie dirigé par Philippe Hui, ainsi qu’avec des chanteuses lyriques dans les répertoires de mélodies françaises et allemandes. C’est à cette période qu’il bénéficiera des conseils de Noël Lee. Sa curiosité et son étude du geste musical et corporel, l’ont amené à une pratique poussée du Tai-chi et du sport en parallèle avec la musique.

Lauréat des concours internationaux en Italie, France, Vignola Classica, Liszt, Naoumoff, Lyon's Club, il commence alors à se produire régulièrement, Festival Tempietto di Roma, Festival Notte Classice,…

En 2006,  il est invité aux USA, et effectue une triomphale série de concerts, en Alabama, en Floride, en récital et duo avec le pianiste Robert Holm.
A cette occasion il enregistre les disques « In concert » et « Famous piano Duo ».

De retour en France, il est invité dans plusieurs festivals : « Coream » avec Svetlin Roussev, « Gorges du Tarn », « Les Week-end du Piano » à Maisons-Laffitte, », « Parc de Bel Ebat » à Avon, « Musique en Fête » d’Alsace où il recrée sur scène la grande sonate de Marie Jaëll, « Classique et Jazz »à Val-Thorens, le Festival du Château de Martigny.

En 2008, réinvitation aux USA, suite au succès de la première, une nouvelle tournée qui le mènera en Louisiane, dans le Mississipi, et autres états du Sud, il joue notamment à la Nouvelle-Orléans, pour les Trinity Concert series. Il se produit en récital, et duo avec Robert Holm, collabore aussi avec plusieurs universités américaines,  « South Alabama University » et « Birmingham University » et donne un concert radiophonique en direct.
Les invitations dans les Festivals se poursuivent : « Château de Nailly », « Festival de l’abbaye de Vauluisant », Festival de Calvi, « Hulencourt Art Project », « Festival de Lagord », « Le piano dans tous ses éclats »,  « les musicales de l’Arbousière », « Classique et Jazz » à Val-Thorens, « Festival de l’abbaye de Talloires », « Paris Deco-off » pour la présentation du piano « haute couture ». Festival « Les Musicales d’Epernay », « PagArt Festival » dirigé par Lovro Pogorelich.


Evènements marquants :
En 2011 il enregistre l’album « Liszt Invocation », en l’honneur de ce compositeur qui le fascine depuis ses débuts de pianiste, il y effectue un voyage dans les différents styles de compositions de Liszt et ses transcriptions. 
En 2012, nouvelle invitation aux USA, pour des concerts, master-class, et en tant que conférencier sur la technique pianistique dans la musique Française  à l’Université d’Alabama. 
En 2013, l’album  Brahms « Alpha et Omega », synthèse entre les débuts du compositeur et ses dernières œuvres.
En 2015, tournée Américaine et Canadienne, en récital, master-class et conférencier sur la musique russe. 
En 2016, invitation au prestigieux Festival de Verbier, pour un atelier « musique et cerveau » .
Dans ses prochains projets se trouvent, entre autres concerts et invitations, la création de deux duos, piano-voix et piano-voilon.

Besoin technique
Piano de concert, demie-queue minimum
-->